En librairie : « Du temps des regrets… à celui de la reconquête »

Presque quatre années de soutien, de déceptions, de frustrations, et de quelques satisfactions.

Au départ était un  billet de blog consécutif à une nième boulette fiscale du gouvernement, puis le clavier s’est un peu emporté.

A aucun moment je n’ai regretté ni d’avoir fait campagne  pour Arnaud Montebourg lors de la primaire de 2011 puis pour François Hollande ensuite, ni d’avoir voté pour ce dernier en 2012…

Une analyse forcément partiale et nécessairement partielle d’un citoyen de base devenu militant décontenancé, élu local déboussolé qui demeure aujourd’hui inquiet mais néanmoins engagé et mobilisé.

version papier 40 pages brochées – 5€ sur   Support independent publishing: Buy this book on Lulu.

ou en téléchargement gratuit :

http://vincentgwy.cluster014.ovh.net/wp3/wp-content/uploads/dtrA5-3.pdf

Une réflexion au sujet de « En librairie : « Du temps des regrets… à celui de la reconquête » »

  1. Brette

    mars 12, 2016 at 10:14

    Bravo pour ce portrait lucide brossé à propos de la Hollandie. François a réhabilité la forme mais a gravement poursuivi et ancré le Penser mal. Incohérence, mensonge, intrigues, pusillanimité, favoritisme, une nouvelle éthique et force d’ame devra animer celui qui voudra inverser notre déclin. Sans méthode vertueuse adressant les dérives idéologiques, il ne peut qu’abimer la France. Il vit sur notre capital et brade par appartements notre capital social et immobilisé faute de créer de la richesse. Avant de redistribuer il faut dégager de l’efficience et/ou produire. Le merit order doit retrouver sa place dans nos choix. Les médias doivent être associés à ce défi d’explication. Et il a perdu à Bruxelles la défense de nos intérêts dans l’Europe. La relance tant espérée par la gauche ne peut réussir qu’à la condition préalable d’une remise en question de nos biais. Symbole : il a le choix entre produire vite Made in France et propre, avec l’impulsion de l’Etat, ou… le gaz de schiste et l’arbre à vent : Très peu produire avec l’argent des autres, en gaspillant les ressources naturelles. A lui de comprendre comment penser à l’endroit.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publiée. Les champs Nom et Courriel sont obligatoires.