Archives pour l'étiquette relocalisation

Meilleurs voeux pour 2024 !

Voeux de l’Engagement, Paris, le 9 janvier 2024 – seul le prononcé fait foi

Chers camarades, chers amis,

Merci tout d’abord d’être venus si nombreux ce soir, malgré des conditions météo épouvantables !

Une pensée pour notre ami Jean-Luc Laurent que nous espérons revoir prochainement parmi nous.

Une pensée pour Jacques Delors également.

Une pensée pour Charlie enfin et pour toutes les victimes des attentats, 9 ans déjà.

Nous sommes ravis d’accueillir ce soir Aquilino Morelle, haut fonctionnaire spécialiste des questions de santé, directeur de campagne d’Arnaud en 2011, conseiller de François Hollande durant la campagne de 2012 puis à l’Élysée, avant son retour à l’IGAS.

Aquilino est l’auteur de trois ouvrages politiques et dont je vous recommande vivement la lecture : l’Abdication, l’Opium des Élites et enfin la Parabole des Aveugles dont nous allons reparler dans quelques instants.

Je voudrais aussi saluer la présence de notre Président Arnaud Montebourg, de notre ami sénateur Henri Cabanel, des camarades de GRS dont Emmanuel Maurel, Marie-Noelle Lienemann (excusée pour raisons météo), de LRDG dont Isabelle Amaglio, de Léon Deffontaines, chef de file du PCF aux prochaines élections européennes, et Pierre Lacaze, membre de la direction du Parti communiste.

Alors que retenir de 2023 ?

Je tiens à remercier tout d’abord nos adhérents qui nous ont renouvelé leur soutien, les parlementaires qui ont orienté leur dotation publique vers notre mouvement, ainsi que les responsables de l’Engagement qui animent le mouvement et dont certains sont présents ce soir.

Quoi d’autre en 2023 ?

Un gouvernement sans majorité, qui patauge, qui est incapable de susciter le consensus comme on l’a vu lors des lois sur la retraite ou sur l’immigration ;

Une gauche dite « de gouvernement » fragmentée et qui trop souvent se trompe de combats, pense à se venger du coup d’avant ou à préparer le coup d’après, au lieu de penser aux problèmes des français. ;

Une situation internationale dramatique en Ukraine, au moyen orient où là encore la voix de la France n’est plus audible.

Et pendant ce temps-là, telles les eaux des océans ou des rivières, la marée brune, ou bleu marine, qui monte, inexorablement, nous y revenons dans quelques instants.

Et même pas une coupe du monde de rugby pour se consoler.

Alors oublions vite cette année 2023, et formulons des espoirs pour 2024.

Espérons une nouvelle alliance politique qui, dès les élections européennes, mettra les peuples, les travailleurs, les prolétaires (osons le mot !), la souveraineté au cœur de ses préoccupations, et saura reconquérir l’estime de celles et ceux victimes du déclassement vécu depuis 30 ou 40 ans.

Espérons également le retour à une certaine forme de sérénité autour des questions migratoires. Sérénité ne signifiant ni renoncement ni laxisme, et s’accompagnant d’une certaine fermeté et des moyens nécessaires lorsqu’il s’agit de permettre aux nouveaux arrivants de s’intégrer décemment, de trouver travail et logement, dans le respect de nos principes républicains d’égalité et de laïcité.

L’Engagement a pris le temps de la réflexion et prendra position dans les jours qui viennent sur la loi « Immigration »

Et pour conclure, rappelons que l’Engagement est là depuis maintenant deux ans pour alimenter le débat public, faire vivre, développer, actualiser les idées et propositions portées par Arnaud depuis deux ou trois décennies. C’est un vrai défi lorsqu’on a peu accès aux media mais on a du fond, une organisation régionale qui se déploie, des commissions thématiques qui travaillent et qui mettent chaque jour en lumière le haut niveau de compétences, d’expérience et d’expertise qui les anime, comme chacun peut le voir en consultant notre site web www.l-engagement.fr .

Troisième espoir donc, celui de notre percée médiatique cette année, sous la présidence bienveillante d’Arnaud et dans le respect de ses impératifs professionnels.

Et enfin, je manquerais à tous mes devoir si je ne rappelais pas l’impérieuse nécessité de renouveler vos cotisations chers amis, c’est grâce à cela que nous disposons des moyens pour agir et c’est à 66% déductible des impôts.

Avant de passer la parole à Arnaud puis à Aquilino, que je remercie au nom de l’Engagement d’être parmi nous ce soir, il me reste à souhaiter à chacun de vous et à vos proches, et à tous nos concitoyens, une forme olympique pour 2024, beaucoup de réussite dans tout ce que vous entreprendrez, et un excellent moment ce soir !

Crédit photos Elodie Schwander

Faire naître l’espoir

Les prochaines élections européennes auront lieu le 9 juin 2024. Il y a près de 20 ans, le référendum français sur le Traité pour une Constitution Européenne (TCE) marquait le refus par notre pays d’une Union Européenne ouverte à tous les vents de la concurrence prétendument « libre et non faussée ». Ce choix n’a pas été respecté puisqu’en en 2008, le traité de Lisbonne reprenant les grandes lignes du TCE fut ratifié par une majorité de parlementaires français, dont, faut-il le rappeler, Arnaud Montebourg n’a pas fait partie.

Nous avons depuis subi cette concurrence débridée, se souciant peu de considérations sociales ou écologiques, avec pour conséquences le délitement de notre industrie (dont le poids est passé de 16 à 11% du PIB en quelques années), l’aggravation de notre déficit commercial (163 Milliards d’euros en 2022), la paupérisation de nos concitoyens et l’affaiblissement de nos services publics.

Il est faux par ailleurs de prétendre que la France retrouve « le plein emploi » alors que des millions de nos concitoyens n’ont pas de travail ou en ont trop peu, trop fractionné ou trop mal payé. En revanche, la question de l’attractivité des métiers industriels, et des compétences à y développer, est incontournable.

Lors de ces prochaines élections européennes, trois choix peuvent s’offrir à nous :

  • D’une part des listes traditionnelles, fédéralistes, européistes voyant, dans toujours plus d’Europe, dans toujours plus de libéralisation, dans toujours plus d’extension, et sous des slogans trompeurs, des solutions aux problèmes qu’eux-mêmes n’ont cessé de créer depuis des décennies ;
  • D’une autre part, des listes communautaristes, xénophobes ou démagogiques n’ayant que l’invective, la stigmatisation ou le Frexit comme programme, et faisant peu de cas sur le fond de la question européenne, voire des listes de témoignage sans expérience ni avenir politique.
  • D’une autre part enfin, des listes repositionnant la nation, les peuples et les classes les plus défavorisées au centre de leurs préoccupations.

Tant la gauche que la droite traditionnelles, idéologiquement stériles, électoralement dépassées, enfermées dans leurs combats de personnes, sont incapables de proposer une vision enthousiasmante de l’avenir de notre pays au sein d’une Union européenne régulée et protectrice.

Dépourvu de majorité, empêché faute de volontarisme et de vision à long terme, le gouvernement français navigue à vue et ne peut par exemple que s’en remettre à l’extrême droite pour approuver sa douteuse loi sur l’immigration.

Au-delà de quelques déclarations encourageantes sur la réindustrialisation, l’ approche européiste de nos gouvernants est insuffisante pour susciter le retour de la confiance. Ailleurs, certains vont encore plus loin tel Mario Draghi qui, en appelant de ses vœux la constitution d’un État européen, sonne le glas des Nations.

Les enjeux climatiques et la situation internationale s’ajoutent aux sentiments de déclassement et d’insécurité et exacerbent d’autant les inquiétudes populaires.

La prolifération d’informations trompeuses sur les réseaux sociaux et sur certains media, les récentes dérives de LFI et les simplifications grossières du RN ne font qu’hystériser le débat.

Dans ce contexte, lors des élections européennes de 2024, l’abstention sera massive, le vote protestataire tout autant, avec pour conséquence un bon score des listes d’extrême droite, qu’elles interpréteront comme une préfiguration du résultat de l’élection présidentielle de 2027.

Nous n’acceptons pas cette fatalité et nous voulons tout mettre en œuvre d’ici là, pour préserver nos concitoyens et notre pays de la catastrophe économique et sociale qui en résulterait et de la honte que nous éprouverions face au monde entier, si cela devait arriver.

Il est temps que la France puisse opter pour une proposition politique forte : laïque, démocratique, sociale, souverainiste, industrielle et écologique, voulant bâtir une confédération européenne libre et indépendante, porteuse de perspectives d’un redressement visible pour le mieux vivre de tous.

L’Engagement et ses partenaires y travaillent et seront bientôt en mesure de présenter à nos concitoyens des propositions concrètes en la matière. Nous ne doutons pas qu’ils s’y retrouveront et seront nombreux à les apprécier.

Nous vous donnons rendez-vous en janvier prochain et d’ici là nous vous souhaitons ainsi qu’à vos proches d’excellentes fêtes de fin d’année. Sachons malgré les circonstances profiter de ces moments de retrouvailles et de sérénité.

La République à l’arrêt

Le choix du 49.3, le dixième en moins d’un an, constitue un coup d’arrêt pour le pouvoir en place.

Revenons sur la chronologie de cette impossible réforme des retraites et, « en même temps », sur celle des ratés macronistes.

Cela commence à l’automne 2019. Une première réforme se profile, elle propose un régime à points et fait l’objet d’un consensus avec les syndicats réformistes. Il faudra la patte purement idéologique du premier ministre de l’époque qui, par l’introduction inopinée d’une mesure d’âge, mettra tout le monde dans la rue, entraînera le blocage du pays de novembre 2019 à janvier 2020 et fera tout capoter. Quelques semaines après, la pandémie y mettra un terme fatal.

Deux ans plus tard, la réforme des retraites, nantie d’un recul à 65 ans de l’âge légal de départ, devient la mesure phare du programme d’un président sortant en mal d’imagination.

Réélu par défaut face à une candidate extrémiste, le président tentera de croire et de faire croire que les électeurs approuvent son programme et donc sa réforme des retraites.

Quelques semaines après, les Français ne lui donnent qu’une majorité relative lors des élections législatives. Il lui faudra des semaines pour composer un gouvernement qui d’emblée va tenter d’imposer cette réforme.

Tout a été dit sur les côtés brutaux et injustes de ce projet mais le pire n’est peut-être pas là.

Plus ou moins imposée par l’UE en retour d’un prêt destiné à financer la relance post-covid, cette réforme est peut-être économiquement justifiée, mais ne l’est ni dans sa temporalité, ni dans sa méthode.

L’urgence en ce début 2023, c’est de trouver une solution au tarif prohibitif de l’électricité et de soulager ainsi des millions de français, de commerçants, d’artisans, de petites entreprises, qui ne peuvent faire face au triplement de leurs factures.

Mais non ! Fourberie ultime, le gouvernement décide de persister, de jouer petit bras et d’intégrer cette réforme dans un PLFSS modificatif, au lieu d’avoir le courage d’en faire une réforme pleine et entière, discutée et débattue comme telle.

Quelques mois et concessions plus tard, la perspective d’un recul à « seulement » 64 ans, et de vagues mesures sur la pénibilité, les carrières longues et l’emploi senior n’y suffiront pas.

Le projet ne peut être sereinement débattu à l’assemblée, il fait l’objet d’un vote bloqué au sénat. La commission mixte paritaire propose un compromis, insuffisant toutefois pour que le gouvernement se sente suffisamment serein pour affronter à nouveau le vote des députés.

D’où, impasse ultime, ce recours au 49.3 annoncé le 16 mars par une première ministre impuissante et défaite.

Des mois, des années de non-écoute, d’idéologie, d’arrogance, d’éléments de langage et de mépris pour en arriver là : une renaissance ratée, une république à l’arrêt.

Ce qu’un président élu par défaut aurait pu, aurait dû faire.

Conscient de la légitimité toute relative de sa situation, un président réélu face au RN aurait pu créer les conditions d’un consensus réel et sincère, en convoquant dès juillet dernier une grande conférence sociale, économique et écologique. Cela aurait permis de tracer des feuilles de route exposant des lignes de réformes fondamentales co-construites et partagées par l’ensemble des parties prenantes acceptant d’y prendre leurs responsabilités.

Nous parlons bien d’une conférence suivie d’effet, et non d’un vaste bluff « je prends tout » comme ce fut le cas de la conférence environnementale qui suivit la crise des gilets jaunes, dont les 150 propositions sont restées sans lendemain.

Force est de reconnaître que François Hollande s’était astreint à cet exercice dès son élection, avec des résultats positifs. C’est, malheureusement, lorsqu’il y a renoncé et a changé de méthode que son mandat a divergé et l’a conduit à ne pas se représenter en 2017.

Changer de premier ministre et de gouvernement ne suffira pas pour résoudre la crise politique dans laquelle est plongée le pays, recréer de la confiance et endiguer le populisme toujours montant.

Pour sortir de l’ornière et remettre la république en route, le président ne peut que renoncer à son projet et tenter de rebondir en se livrant à un tel exercice de consensualité, si toutefois le niveau de rejet et de détestation dont il est l’objet dans le pays n’a pas atteint le point de non-retour.

Dans ce cas, un referendum, une dissolution ou une démission seraient ses seules options de recours.

Meilleurs voeux pour 2023 !

Chers adhérents, chers concitoyens,

2022 fut une année difficile et inquiétante pour beaucoup d’entre nous :  guerre sur le territoire européen, retour de l’inflation, pénuries, enjeux climatiques et pour couronner le tout : un président réélu par défaut et qui gouverne aujourd’hui sans majorité…

Il y a bientôt un an, Arnaud Montebourg nous faisait part de sa décision de se retirer de l’élection présidentielle, pour ne pas ajouter à la désunion, en constatant toutefois que les idées force de sa campagne étaient partagées par une grande majorité d’entre vous, et en formulant le vœu qu’elles continuent à alimenter le débat public.

Ce défi, nous sommes une poignée, issus de la société civile, à l’avoir relevé et c’est pour cela que nous avons transformé l’Engagement, et que nous avons contribué à la création de la Fédération de la Gauche Républicaine qui a présenté et soutenu plus de 100 candidats aux dernières élections législatives, autour d’un projet laïc, républicain et qui sait positionner le souverainisme industriel à sa juste place.

Un grand merci à celles et ceux qui nous ont soutenus dans ces initiatives, qui ont rejoint le mouvement, qui y prennent des responsabilités et qui souhaitent, avec nous, contribuer à la reconstruction d’une gauche de gouvernement.

Il s’agit maintenant de redonner le moral à nos concitoyens, de remotiver les abstentionnistes, de faire renaître l’espoir chez celles et ceux qui, par dépit ou par colère, s’en remettent aux solutions extrêmes et populistes.

Le travail, décent et correctement rémunéré, l’autorité de l’État, les services publics de qualité, la décarbonation de notre économie, ce sont les enjeux sur lesquels nous entendons en priorité focaliser nos efforts.

Nous ne pouvons pas nous résoudre à laisser un jour notre pays aux mains de dirigeants communautaristes, totalitaires, racistes ou xénophobes, ou à celles de leaders du passé qui ont échoué et qui ont laissé notre situation se dégrader ainsi.

Une alternative existe, nous y travaillons, nous vous invitons à nous rejoindre et à y contribuer avec nous dès 2023.

Puisse cette nouvelle année vous apporter, à vous et aux vôtres, santé, bonheur et réussite !

À bientôt !

http://www.youtube.com/watch?v=HptHaRn1L24

Paroles, paroles…

Le gouvernement gère bien cette crise.

Lisez jusqu’au bout svp avant de penser que je suis devenu macroniste.

Le gouvernement gère bien cette crise, depuis le 12 mars.

Quelques ministres : Economie & sa Secrétaire d’Etat, Santé, Travail, Transport s’en sortent bien en dépit de quelques récentes déclarations, relents tardifs d’abus de Medef.

Depuis le 12 mars. En effet, c’est à cette date du 12 mars qu’ont été annoncées les premières interdictions de grands rassemblements, quelques jours avant l’état d’urgence sanitaire et le confinement. C’est aussi le 12 mars que le Président a rappelé la primauté de la santé « Quoi qu’il en coûte ».

Sur le plan économique, des mesures salutaires ont été mises en oeuvre très rapidement, cela va éviter une hécatombe sociale. Certes il y a eu quelques ratés au démarrage de la plate-forme « activité partielle » mais tout rentre dans le rang progressivement.

Sur le plan sanitaire, ils font ce qu’ils peuvent pour commander ou faire fabriquer des masques, des blouses, etc.

Admettons qu’à partir du 12 mars n’importe quelle équipe gouvernementale n’aurait pu faire mieux. Personne n’aurait fait pire non plus, à l’exception des hyènes du FN ou des braillards de LFI qui nous auraient entraînés dans je ne sais quel abîme.

C’est avant que nos gouvernants ont failli, méthodiquement, en trois temps.

1 : 2007-2017 : Les gouvernements Sarkozy/Fillon, Hollande/Ayrault et Hollande/Valls, sous couvert de « modernisation » ont orchestré le délabrement de l’hôpital public (5000 lits en moins chaque année, tarification à l’activité, primauté du management et de l’économie sur les soins).

En particulier lorsqu’il a été décidé de délocaliser la production des masques, aucun plan d’approvisionnement n’aurait été étudié. Macron a fait partie de tous les gouvernements Hollande, comme Secrétaire Général adjoint puis comme Ministre de l’Economie.

2 : 2017 – 2019 : Arrivé au pouvoir avec une promesse de « Révolution », le gouvernement Macron/Philippe/Buzyn ne fera rien pour redresser la situation, si ce n’est un timide plan fin 2019, à la moitié du quinquennat.

3 : Janvier-Février 2020 : Gouverner, c’est prévoir. Alors que la pandémie se profilait, aucune anticipation là encore, rien n’a été entrepris pour réparer les erreurs des gouvernements précédents. D’où la communication contradictoire au sujet des masques, inutiles tant qu’on n’en disposait pas, et bientôt obligatoires. Quelle impuissance, quelle misère, quelle honte.

Cette dernière chance de contrebalancer 12 années d’errements, ce gouvernement est passé à côté.

C’est pourquoi il est tout autant discrédité que ceux qui l’ont précédé.

Que penser du virage gaullo-keynésien du Président lors de son allocution 12 mars ? Pénitence ? Prise de conscience tardive ? Posture ?

Ce soir, 13 avril, il y aura sans doute encore de belles paroles, de remerciements, de compassion. Ce soir, nous aurons encore droit à une nième manifestation de lyrisme digne ce certains élèves de première littéraire. Ce soir, certains croiront entendre siffler la fin de ce néolibéralisme qui depuis 30 ans a miné notre économie et notre système social. Effectivement ce système a vécu puisque c’est son inverse qui est mis en œuvre partout dans le monde pour sauver les économies. Mais ce ne seront que des mots.

Sur le coup, on pourra penser un fois encore « ils reviennent à la raison, sachons-nous en féliciter plutôt que de les railler ».

Mais après quelques semaines de confinement et de réflexion, et surtout depuis que nous commençons à comprendre ce qui (ne s’est pas) passé au début de cette année 2020, mon opinion est plus radicale : le monde d’après ne saurait s’écrire avec eux.

Je ne suis pas pour autant favorable à des recours judiciaires et à des procès. Ce qu’ils vivent actuellement est exténuant, extrêmement dur sur le plan humain et vaut toutes les condamnations d’un tribunal.

Un nouvel ordre mondial est appelé à s’installer. A quand un nouveau Bretton-Woods, une OMC réformée, des banques centrales sous contrôle, des industries relocalisées dans une Union Européenne repensée ?

Ce sont les prochaines élections, en 2022 au plus tard en France, à d’autres moments ailleurs, qui devront en décider.

Il existe une alternative.

A nous d’œuvrer à la prise de conscience de sa possibilité puis à son émergence.