La République à l’arrêt

« les gilets jaunes sont dans la rue »  « partis politiques et syndicats ne représentent plus rien » : comment en sommes-nous arrivés là ?

« 30 ans qu’on a rien fait »… revenons seulement 12 ans en arrière.

Je n’attendais rien de Sarkozy. Je n’ai donc pas été déçu. J’ai été impressionné toutefois, par la vulgarité constante de son comportement et de ses propos, par les 600 Milliards (30% du PIB) d’accroissement de dette publique qu’il nous a laissés, par le nombre d’affaires politico-financières dans lesquelles il est encore impliqué, par le nombre de ses proches qui le sont également, qu’il s’agisse de son ancien ministre de l’intérieur, parachuté malheureux aux législatives de 2012 dans notre circonscription, ou bien encore de son ancien premier ministre, lui aussi englué dans des mises en examen.

J’attendais beaucoup de François Hollande. Sa sympathie, son affabilité légendaires ont été à la hauteur de ces attentes et ont positivement corrigé l’image présidentielle laissée par son prédécesseur. Le discours du Bourget semblait sceller la réconciliation des deux gauches. Ses toutes premières réformes (fiscalité, retraites, travail, mariage pour tous, école) ont été réussies. Mais dès 2013/2014 sont apparus des écarts grandissants avec le projet sur lequel lui et sa majorité parlementaire avaient été élu. En ont résulté dissensions internes, frondes, discrédit dans l’opinion, sanctionnés par quatre défaites électorales cinglantes, sur fond d’apathie totale au sein du Parti Socialiste, le tout étant conclu par une abdication en fin de quinquennat et un cataclysme électoral en 2017.

Lire à ce propos le magnifique livre d’Aquilino Morelle (L’Abdication, Editions Grasset 2017)  ou bien plus modestement, mon témoignage militant (Le grand gâchis)

La déception a été à la hauteur des espoirs soulevés en 2012 et de l’énergie militante dépensée avant comme après cette élection. Hollande aujourd’hui, tout à la promotion de son dernier livre, me donne une impression de déni de son propre bilan. Il n’est ni De Gaulle, ni Mitterrand, ni même Chirac. Comment peut-il espérer revenir un jour sur le devant de la scène politique ?

J’avais un certain espoir en Emmanuel Macron. Après avoir fait campagne pour Benoit Hamon en 2017, je m’étais résolu à penser que le nouveau président ferait réellement bouger les lignes. Son livre (Révolution, Editions XO 2016) exposait une analyse lucide de la situation et contenait quelques propositions intéressantes (sur le chômage, sur la réforme territoriale).

Dix-huit mois après, au tiers de son mandat, malgré quelques réformes courageuses, la déception est là encore immense.

Des cadeaux fiscaux insensés (abolition de l’ISF, abandon de l’exit tax, imposition uniforme des revenus du capital) profitent aux 1% voire au 1 pour mille des plus riches. Cela représente un manque à gagner de 5 Milliards d’Euros de recettes publiques. Et en même temps, l’hôpital public ou la justice, pour ne citer qu’eux, manquent cruellement de moyens. C’est le retour d’ascenseur au centuple des financements reçus pour sa campagne électorale, c’est le péché originel de Macron, comme l’ont été la loi TEPA pour Sarkozy ou le renoncement à la renégociation du Traité Européen pour Hollande.

Ce sont des taches indélébiles, des boulets dont il est difficile de se remettre. Sans évoquer le « parler cash » du président ou les mises en scènes faussement spontanées type « pognon de dingue ».

Tout cela occulte les améliorations de pouvoir d’achat résultant de transferts de charges : accroissement de la CSG, disparition des cotisations salariales URSSAF et Pôle Emploi, fin programmée de la Taxe d’habitation. La loi PACTE, la réforme territoriale, celle des institutions se font attendre. Le double discours sur les questions écologiques est, pour le moins, inquiétant. Les « J’assume » ou « Nous tenons le cap » n’impriment pas, exacerbent le malaise ou provoquent des haussements d’épaule.

Le parti du Président, LREM peine à se structurer et à exister localement. LR fricote avec Sens Commun. RN et LFI ne sont que des caricatures d’eux-mêmes. Le Parti Socialiste est inaudible, sous la houlette d’un premier secrétaire aussi transparent que ses deux prédécesseurs.

La République devait être en marche, elle est à l’arrêt.

Pendant tout ce temps, le monde de la finance, cet adversaire sans nom et sans visage, a régné sans partage, la planète s’est réchauffée de quelques degrés, les écarts de salaires ont été multipliés par 15, Carlos Ghosn et tant d’autres s’en sont mis plein les poches alors que le Français moyen voyait son pouvoir d’achat diminuer de 500€.

Pendant tout ce temps, n’importe quel(le) désespéré(e) ou abruti(e) muni(e) d’une perche à selfies et d’un gilet jaune peut s’autoproclamer porte-parole de la colère, prôner l’anarchie, étaler sa vulgarité et son inculture sur des chaines infos bien trop complaisantes et en mal d’audience.

Pendant tout ce temps, les extrêmes populistes prospèrent et se rejoignent, et pas seulement en Italie ou en Hongrie. Malgré leurs multiples mises en examen, ils s’allieront peut-être un jour pour prétendre faire le « bonheur des peuples », antienne favorite des dictateurs.

Subsistent du monde politique ancien quelques vestiges de droite, du centre ou de gauche, enfermés dans leur posture, soucieux de régner sur ce qu’il leur reste en guise de parti, impuissants à rassembler au-delà de leur clan et à formuler une vision enthousiasmante pour le pays.

Ceux qui en avaient le potentiel ont renoncé. Ils ont pris leur retraite ou préfèrent produire du miel, enseigner la philosophie, diriger une ONG ou une entreprise du numérique.

Comment sortir de cette crise des gilets jaunes ?

Face à des manifestations conjuguant émotions et pauvreté, seul un ensemble de symboles forts et de mesures concrètes peut préfigurer une sortie par le haut, n’obligeant personne à reculer et préservant les intérêts de chacun.

Les symboles, il peut y en avoir deux :

  • Face à l’anarchie, l’affirmation d’un soutien sans faille à une démocratie réellement participative, passant par une profonde réforme des institutions.
  • Face à ce syndrome du « président des très riches », il n’est toutefois pas envisageable de rétablir l’ISF dans sa forme ancienne. Son abolition était un engagement électoral, et son efficacité était discutée. D’où la suggestion alternative d’une CSG verte, progressive, taxant certains achats, (4×4 et autres véhicules émettant plus de 140g de CO2, billets d’avion longue distance, objets de luxe, résidences secondaires etc.), dans l’esprit de la TVA à 33% d’antan.

Les mesures concrètes, il peut également y en avoir deux :

  • A court terme, redonner sous une forme ou sous une autre 20 à 40€ par mois aux millions d’automobilistes qui de disposent que de leur véhicule pour se rendre sur leur lieu de travail. Coût approximatif 5 Milliards d’Euros, soit le manque à gagner résultant de la fin de l’ISF.
  • A moyen et long terme, engager ce vaste plan d’investissements (cf les 1000 Milliards pour le climat de Jouzel et Larrouturou ) concernant en priorité l’isolation de l’habitat et les transports terrestres (dont la conversion du parc automobile).

A suivre…

Une réflexion au sujet de « La République à l’arrêt »

  1. Gachet

    novembre 25, 2018 at 12:42

    Que dire? Je suis d’accord de bout en bout, tant avec l’analyse (quoique je serais moins sévère avec François Hollande) qu’avec tes deux propositions qui me semblent aussi originales que réalistes.
    Si il faut le dire publiquement j’en suis.
    bises

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publiée. Les champs Nom et Courriel sont obligatoires.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.