Chronique de la rupture #49

* pour que ne rien ne soit oublié dans les semaines qui viennent, nous republions régulièrement les premières chroniques, 3 ans après, telles qu’elles furent écrites depuis mai 2007 *

En route donc pour le merveilleux pays de la Sarkozye triomphante, où classe, exemplarité et efficacité se conjuguent au service du « Tout possible ».

Mars 2009

Voyage officiel au Mexique : 3 jours bling-bling (bing-bling prend-il un s au pluriel ?) dans une villa de luxe aux frais d’on ne sait qui, suivis de quelques heures de visite officielle; ça me rappelle ces histoires de commerciaux qui s’inventent un rendez-vous le vendredi soir  ou le lundi matin à l’autre bout du pays histoire de financer leur week-end. Gagne petit, indigne, minable.

Fissures à l’UMP où ce bon Pierre Méhaignerie suggère l’abrogation du paquet fiscal. Suivi d’un silence dans les rangs seulement brisé par les éructations morveuses du porteflingue de service. A ce propos, signez la pétition http://www.alternatives-economiques.fr/petition

Autre fissure, à l’initiative de la bruyante et pétulante Nadine Morano. Ce gouvernement a failli réussir une avancée sociétale avec l’adoption du statut du beau-parent, reconnaissant ainsi implicitement l’homo-parentalité, 10 ans après l’avènement du PACS. Mais hélas, sitôt publié, sitôt vilipendé par la mule du Pape qui n’en rate pas une, sitôt retiré – pardon, reporté à la rentrée-.

Le gouvernement cède sur la TVA dans la restauration. Trois milliards d’Euros de manque à gagner, sans contrepartie.

L’affaire du mois : le comportement des dirigeants des entreprises cotées. Grands discours, réunion de réflexion, indignations officielles et coups de menton autour de rémunérations de certains grands patrons banquiers ou industriels. Tout cela pour en arriver peut-être à un décret minimaliste concernant les bonus, stock-options et autres parachutes dorés d’une demi-douzaine de dirigeants de sociétés aidées par l’état.

et pourtant :
Discours de Sarko à Toulon le 7 février 2007 « Ça ne peut plus durer les parachutes en or pour celui qui échoue, les stock options réservées à quelques-uns. »

Discours de Sarko à Marseille le 19 avril 2007 «  Si je suis élu président de la République, je ferai voter dès l'été 2007 une loi qui interdira la pratique détestable des golden parachutes parce que c'est contraire aux
valeurs qui sont les miennes.
[…]
De la même façon, je n'accepte pas, et j'assume mes responsabilités, que dans une entreprise de milliers de salariés on puisse à quelques-uns se distribuer un plan de stockoptions, alors que la valeur de l'entreprise existe parce que chacun des salariés y a apporté sa part, y compris la dernière collaboratrice et elle aussi a droit d'être
propriétaire d'une partie de cette entreprise. Ca, ce sont nos valeurs »

Rappelons que « dès l’été 2007 », c’est la loi TEPA qui fut votée.

Quant au MEDEF, il prône l’auto régulation. Vont-ils nous refaire le coup de la main invisible du marché ?

Le rumeur enfle autour d’une « reprise en main » possible de Radio France à l’occasion du renouvellement du mandat de son Président en mai prochain. Restons vigilants.

En revanche, silence total au Château autour des prises de position du Pape ou de l’évêque d’Orléans sur le préservatif. Saint-Jean de Latran, c’était il y a moins de dix-huit mois pourtant, mais à l’heure où le sarkozysme capote, les liens entre le pouvoir, ses grands intellos cathos type Bigard et le Vatican resteront-ils aussi serrés qu’ils l’étaient ? Invivable suspense…

Et pour terminer ce mois-ci, signalons et soutenons ce nouveau mouvement des universitaires et des chercheurs, la « Ronde Infinie des Obstinés » http://rondeinfinie.canalblog.com/ qui se tient depuis une semaine à Paris sur le Parvis de l’Hotel de Ville, ex Place de Grève…

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publiée. Les champs Nom et Courriel sont obligatoires.