Pour un ISF 2.0

La réforme de 2017 a supprimé l’ISF sur le patrimoine mobilier, sans contrepartie tangible en matière d’investissements dans les TPE/PME, contrairement à l’argumentation de l’époque.

Ce fut une erreur, voire une faute. Pourtant, il n’est pas envisageable de revenir à l’ISF ancienne version, pour des raisons politiques et symboliques.

Le Président et le gouvernement rechigneront à se déjuger, et tous les conservateurs vont à nouveau pousser des cris d’orfraies si l’ISF ancienne mouture fait son retour. Ne leur donnons pas cette opportunité.

Il convient donc d’imaginer une disposition nouvelle constituant une sortie par le haut pour toutes les parties prenantes.

Cet « ISF 2.0 » pourrait prendre la forme d’une contribution de solidarité des plus aisés, taxant les flux plutôt que les patrimoines, protégeant intelligemment l’outil de travail et les TPE/PME/ETI familiales.

Par exemple : une TVA majorée sur les objets de luxe, une TVA sociale, une CSG « verte » ou « de solidarité » sur les revenus financiers au delà d’un plancher donné « petit épargnant », un malus et/ou une TVS (Taxe sur les Véhicules de Société)  écologiques majorés sur les grosses cylindrées, une taxe carbone aux frontières de l’UE etc.

 

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publiée. Les champs Nom et Courriel sont obligatoires.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.